blablablablablabla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
I'M Lee Jayden
and i'm an human.
☀ ici depuis le : 07/12/2012
☀ messages postés : 2
and i'm an human.
MessageSujet: blablablablablabla Ven 7 Déc - 21:48

Lee Jayden
je m'appelle Lee Jayden, et je suis un humain. je suis né(e) le 3/12/xxxx à Séoul, donc j'ai aujourd'hui 23 ans. je suis célibataires et j'aime beaucoup les femmes. aujourd'hui, je suis en voie de reprendre la fortune de mon créateur d'androïde de père, et je souhaite devenir maître de mon destin. je fais parti du groupe des groupe.
ft. célébrité (groupe)
CARACTERE
"Jayden a vécu dans l'aisance de la fortune de son père depuis son plus jeune âge. A défaut de l'aimer, celui-ci en a fait un enfant gâté capricieux et impulsif qui ne demande et ne tolère que la perfection. Il est détestable, si on le pouvait, on le battrait sans retenue. Sauf que l'on peut pas. Pourquoi ? Déjà parce qu'il est quand même assez bien entouré et que si vous le touchez, vous auriez des problèmes. Et ensuite parce qu'il se bat plutôt bien, le bougre.
Il est arroguant. Horriblement. Insupportablement. "

"Que pourriez vous dire sur votre famille ? Votre père pour commencer ? Je déteste mon père. Je l'ai toujours détesté. Je ne peux même pas le considérer comme tel puisqu'il ne m'a jamais considéré comme son fils. Il se réduisait à une ombre, quelques paroles glaciales, des souvenirs sombres, des crises d'angoisses et un source de mal-être permanent. Je suis né de l'union puritaine d'un concepteur d'androïdes renommé et d'une petite bourgeoise qui rendit sa vie pour la mienne. Accouchement compliqué, je vous épargne le jargon médical dont vous vous foutez royalement et pour la simple et bonne raison que je ne suis pas ici pour vous attendrir, mesdemoiselles. C'est déjà fait ? Vraiment ? Tant pis pour vous. Je n'ai absolument rien à faire de vos sentiments, vos sensations à mon égard. Votre pitié, vous pouvez la ravaler. Je peux réduire votre existence à poussière en un claquement de doigt, faire de votre vie une succession d'échec et d'agression. Je n'aurais aucune pitié à vous enlever votre fille, votre fils, à me débrouiller pour que votre vie professionnel cesse parce qu'entendons nous bien ; je connais tout le monde. Tout le monde me connait. A défaut de m'avoir inculqué une éducation, mon géniteur m'a transmis son héritage, ses attaches, son entreprise qui s'élève à plus de wons que vous n'en avez jamais compté. Je vous fais peur, vous me considérez comme un parfait connard ? Parfait, c'est parfait. Parce que c'est exactement ce que je suis et tout ce qui pourrait m'intéresser chez vous serait une bonne partie de jambe en l'air, ou vous faire l'amour désespérément, si vous préférez. Mais revenons à mon histoire, on pourra toujours régler les détails plus tard. *Clin d'oeil* Mmh... revenons-en à votre mère voulez-vous ? Ah oui, Oemma. Je suppose que vous voulez que je vous raconte à quel point elle était belle, comme tout ce qu'elle faisait était pure et généreux ? C'est vrai. C'est ce qu'on m'a toujours raconté, ce que mon père a daigné me marmonner un des soirs de ces innombrables ivresses. Je n'ai pas tarder à l'idéaliser, à faire d'elle une sorte de déesse vivante. Dans mes délires de gosse, je l'imaginais veiller sur moi d'un oeil foncièrement bon. Même si elle n'était pas là, elle me consolait, même si elle était morte, elle me calmait. Satisfaite ? Et votre tante ? Peut-on la qualifier de mère de substitution, de pilier dans votre éducation ? Sans doute. C'est elle qui s'est chargé de m'éduquer, de m'inscrire à l'école, de s'occuper de moi en tout. Je n'ai compris que très tard qu'elle faisait partie de la famille, la prenant pour une des gouvernantes. Ce n'est pas que je l'aimais pas ; elle m'indifférait simplement. Elle était là pour satisfaire mes petits caprices de fils unique dans les temps et sans essayer de me corriger. Elle a tout foiré. Mais c'est une brave femme. Je vois. Pouvez-vous nous éclairer sur votre enfance ? Mon enfance... A la mort de ma mère, mon père rentra dans une espace de transe. Il se forgea un monde où je n'avais pas ma place et où il était hors de question que j'essaye de m'en faire une. Il eut la bonté de contacter sa soeur qui me prit en charge. Je restai tout de même chez moi où ma chambre, mon espace avait été préparées par les mains de fée de ma génitrice. *Un sourire froid se dessina sur ses lèvres.* Vous devriez me demander pour la fille. C'est le moment. Étiez vous au courant que vous aviez une demi-soeur ? C'était le jour de mon anniversaire. J'avais sept ans. La fête avait été grandiose, pleine d'enfant et de sucre, de rubans et de petite voiture. La journée était parfaite, rien n'aurait pu la gâcher. J'en étais persuadé. Mon coeur d'enfant était bien trop innocent pour comprendre que mon père n'était pas dans la... capacité de m'admettre. Chez lui, dans sa vie. C'est à peine s'il tolérait ma présence. Tous les gosses étaient partis ainsi que ma tante et les dernières gouvernantes. Je me retrouvais seul, sans ma cour, mon petit monde. J'étais au fond de mon lit, trop occupé à jouer avec mes cadeaux hors de prix pour dormir. Puis il y eut ce bruit de verre cassé. Je n'ai pas pu m'empêcher. La curiosité, le goût du risque, la bêtise, appelez ça comme bon vous semble. C'est ce soir-là que j'ai tout appris. Quand mon père m'a regardé pour la première fois droit dans les yeux, qu'il a semblé me voir. Et qu'il m'a répété mot pour mot que je n'aurais pas du exister. "Ta mère... elle était pas mal. Elle méritait pas de mourir. Mais c'ça, c'ta faute mon gars. Tout t'ta faute. Je fais pas c'que je fous là. Je devrais être autre part, avec une autre famille. Une autre femme, un autre enfant. Mais tout c'ta faute. Tout jusqu'à ton odeur me déplaît. Tu ne méritais pas de vivre." *Silence.* ... Lorsque j'ai tout raconté à ma tante le lendemain, elle en a fait une idée de fixe : elle devait faire payer à ses filles. Moi je m'en foutais. Je voulais juste être aimé correctement. Votre adolescence ? Alcool. Sexe. Fête. Filles. Puis encore alcool. Elle ne s'est résumé qu'à ça pendant... tout le temps en fait. Personne ne m'a arrêté alors mon existence n'est devenue que luxure. Je réussissais mes études, je me faisais former pour succéder à mon père. Ma vie était tracée, j'avais des capacités plus que suffisantes. Que dire de plus ? Vous avez d'autres questions ? Non parce qu'en fait, j'aime pas être ici. Alors dépêchez vous. Dernière question ; comment voyez vous le futur ? je ne le vois pas. Je l'attend. Il sera sans doute peuplé d'un harem de robot prêtes à satisfaire mes désirs les plus fous. Je finirais seul et vieux. C'est tout.


."
HISTOIRE

On m'appelle pops. J'ai 14 ans et j'habite en France. J'me connecterais tout les 7 sur sept. J'écris environ 750/moyenne. Je suis sur les forums depuis un an et demi ?. Je connais ce forum grâce à ma femme et ma soeur. Le code du règlement est auto-validatioooooooon. Et sinon, je voulais vous dire : i love u.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

blablablablablabla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-